ESTERA TAJBER STUDIO

 

Estera Tajber est une artiste d’origine polonaise établie en France depuis 2000. Elle a grandi dans la Pologne des années 1980-1990, avec une formation à l’École d’art de Cracovie très exigeante, qui a été une remarquable base à une liberté d’expression artistique développée ensuite en France. C’est aux Beaux-Arts de Paris qu’Estera Tajber a créé ses premières performances et installations vidéo, avant de se perfectionner dans le design graphique et la maroquinerie. Dans ses premières performances, généralement conçues pour des montages vidéo, elle s’est créé un personnage avenant et serpentin qui, jouant souvent des ombres chinoises, guide le spectateur dans de mystérieuses boîtes de contes pour enfants, mêlant les gestes quotidiens et intimes à une chorégraphie rock. Ses performances et ses installations vidéo ont été exposées – entre autres institutions du monde des arts et de la culture – au Centre Georges Pompidou ou encore au Palais de Tokyo. Parallèlement à son activité artistique, elle déploie ses talents dans l’image et la communication. Estera Tajber a créé sa propre marque de maroquinerie haut de gamme, ESTERA TAJBER * Paris, destinée aux séries limitées et aux modèles uniques et conçus sur mesure.

 

Collaborations :

Directrice artistique et de la communication pour la galerie d’art parisienne Progress Gallery.

Correspondante et collaboratrice du magazine Flash Art International.

Collaboratrice du renommé « artisan de l’affiche » Michal Batory, Estera Tajber a participé à la conception et à la mise en œuvre de nombreux projets de communication visuelle pour des institutions culturelles comme le Théâtre des Champs Elysées, le Palais de la Découverte, le Musée du Palais Royal de Łazienki.

Conseillère artistique auprès du réalisateur et historien de l’art Hector Obalk sur plusieurs épisodes de “Grand’Art” - un cycle de documentaires pour Arte.

 

 

par © Julitka Potocki

 

 

Je vous (pro)mène en bateau, éveil des émotions et des sens

 

Nous assistons à une évolution technologique des plateformes de communication sans précédent. L’omniprésence d’un flot d'information et d’images provoque une difficulté à évaluer et séparer l’important du futile. Cette surexposition nous « anesthésie » et nous coupe des échanges et des expériences simples et authentiques. A force de trop communiquer, nous avons perdu le sens de l’échange. Dans ce contexte, je propose de créer une série d’histoires multimédia qui nous incitent à nous arrêter un instant, le temps d’une expérience sensorielle et émotionnelle déconcertante, simple et légère, un moment de silence et de joie.

Ces mises en scène de nature poétique et fantaisiste seront adaptées aux différentes gammes de produits et d'évènements des clients. L’objectif est de toucher un panel large de public en faisant sortir l’art des cadres et des lieux conventionnels.

 

Mon positionnement : « L'Économie de l'attention ».

Face aux incalculables opportunités de profit ou de plaisir offertes par les nouvelles technologies, le principe de rareté paraît s'être radicalement déplacé de la production vers la réception. Ce sont désormais les consommateurs qui détiennent la ressource devenue la plus rare et la plus précieuse – leur attention.

 

Inspiration :

« Les robots émotionnels » Laurence Devillers.

Les émotions évoquent un large éventail d'impressions, de ressentis, de modes d'expression bien réels, permettant de passer du rire aux larmes, liant odeurs, toucher, images, sons et goût. Elles sont exprimées de façon dynamique à travers notre corps et nos sentiments, qui eux restent internes, cachés. Décrire l'émotion ressentie, le sentiment, permet de communiquer sur les impressions et d'intellectualiser les expériences sensorielles. […]

 

« Tous centaures ! Eloge de l’hybridation », Gabrielle Halpern

Le monde, les cultures, les villes, les identités se métamorphosent et deviennent hybrides. Le numérique crée une nouvelle forme de réalité, en créera l’illusion que des mondes parallèles nous entourent. « Le réel est -il devenu ennuyeux au point qu’il nous suffise plus ? »

« Le temps, l’espace existent-ils en dehors de nous ou ne sont-ils que des prismes à travers lesquels nous voyons la réalité ? »

« Notre cerveau nous fait accorder une certaine importance à telle ou telle autre information, parce qu’il y a déjà été confronté ou parce qu’elle ressemble à une information dont il vient de prendre connaissance. »

 

Techniques utilisées : Installations multimédia hybrides et performances retransmises sur un support digital, techniques vidéographiques, émissions sonores, médias artistiques traditionnels (peinture, collage, formes en volumes, graphisme, accessoires), avec une trame littéraire et chorégraphique dans l’action (performance). Je m’exprime avec des média et des techniques diversifiés. Ces expériences multiples s’appuient sur de nombreux vecteurs : expression sur la toile, processus de développement photo, danse sur scène, composition musicale, création d’un vêtement, d'un sac, sculpture de corps ou trucage d’explosion de particules sur des collages vidéos.

 

 

 

ESTERA TAJBER - Nom déposé

Toute copie ou reproduction non autorisée sera poursuivie

au titre de la contrefaçon